Catégorie : Création d’entreprise

Entreprendre et être heureux à l’#étranger

Entreprendre à l’étranger, c’est le sujet de mes réflexions depuis que j’ai 20 ans. Et je voulais me rendre aux USA qui plus est !

Pour ceux qui me suivent, ils savent donc que j’ai eu le bonheur de le faire de 2015 à 2019 avec la création de Maison Parisienne, une marque de Coffee Shop à la française, à Chicago.

Il faut être mieux préparé qu’en France

La première chose que je peux vous dire, c’est que construire une entreprise à l’étranger se prépare à l’avance. Pour ma part, j’ai mis une année entière à tout fignoler mon projet, obtenir les visas et commencer l’activité.

Renseignez-vous auprès des autorités compétentes de toutes les démarches, et faites-vous accompagné d’un avocat si vous avez les moyens.

J’avais négocié un tarif avantageux avec le mien en échange de m’occuper des parties les plus faciles. Il m’avait fait une ristourne de 30%.

Ne négligez rien

N’oubliez pas de consulter les autres éléments de votre vie personnelle, comme la santé, la retraite, les impôts personnels, ils seront déterminants par la suite.

Lisez et relisez les documents, faites les traduire dans la langue de destination. Mon niveau d’anglais avant de partir était extrêmement mauvais, aujourd’hui je parle couramment et je regarde les films en anglais sans aucun problème. La langue ne doit donc pas être un frein, croyiez mon expérience.

N’oubliez pas de mettre de côté une poire pour votre soif comme dit ma grand-mère. En effet, gardez quelques centaines d’euros pour revenir en vacances, vous amuser, etc. Il est important aussi de vivre le pays de destination en tant qu’habitant. Nous avions un peu trop laissé de côté cet aspect sur les premiers mois.

Prévoyez de bons objectifs financiers, atteignables, mais assez hauts tout de même pour vous offrir des primes ou des weekends dans le pays. Nous avions fixé un chiffre d’affaire à atteindre pour aller visiter Las Vegas et cela nous a tous stimulé pendant des semaines. Ce fut un bonheur lorsque les ventes ont atteint le montant. Ce fut un week-end mémorable de casinos !

La famille et les amis

N’oubliez pas de fournir vos contacts à la famille et aux amis, c’est cette partie qui vous manquera le plus. J’en suis sûr. Certain !

Pour tous les expatriés que j’ai rencontré, c’est cette part absente qui va les faire rentrer. On est riche de ses amis !

Alors, il faut mettre des créneaux en place pour se parler avec le décalage horaire et prévoir des retours au pays de temps en temps.

Comprendre votre marché

Une grande erreur de mon projet aura été d’appliquer aux États-Unis les exigences que je me serais appliqué en France.

C’est ainsi que j’ai conçu des recettes en utilisant des produits d’exception, français et importés. Ils ont donc coûté très cher et notre rentabilité s’est vu rognée sur la première année.

Alors bien sûr, les expatriés français ont adoré de suite tous nos produits parce que la qualité du produit était présente mais les Américains, eux, (notre principal source de revenus) n’ont pas vu de différence lorsque je suis passé à une farine américaine par exemple ou un beurre local.

L’exigence et la perception du goût d’un pays sont vraiment différentes d’un pays à l’autre : il faut s’adapter au marché local pour mieux engendrer des bénéfices.

De la même manière, je m’étais mis en place des freins psychologiques à ne pas dépasser : par exemple utiliser des produits industriels ou des produits semi-finis m’étais impossible quand j’ai conçu le projet. Après deux ans, je me suis rendu compte en essayant certains produits semi-industriels que les consommateurs aimaient cela et en redemandaient quand j’en avais plus.

Un comble pour l’artisan que je suis, qui s’évertuait à rendre tous les produits maison, naturels et frais. Malheureusement, c’est la loi de l’offre et la demande. C’était quelque chose que je trouve toujours affligeant.

Profitez des moments durs comme des bons

Pour ceux que cela intéresse, je ferai un autre article sur l’expatriation aux États-Unis et plus particulièrement sur les différentes étapes qui m’ont amené à m’installer aux États-Unis, à Chicago.

Dans tous les cas, je vous souhaite tout le bonheur et la même richesse que mon expérience à l’étranger car elle m’a transformée. Elle m’a grandi et a permis aujourd’hui d’être meilleur qu’avant.

Des bisous en manque d’amour dans ce monde.

Photo by JESHOOTS.COM on Unsplash

Faut-il faire un #business #plan pour réussir ?

Avant de dire oui ou non, quelle est la définition d’un business plan? Chacun possède sa définition et même chacun possède son modèle de document formalisé pour un business plan. C’est comme la politique, tout le monde donne son avis sur le sujet, pourquoi pas moi !

Le business plan est un document de synthèse qui va reprendre en quelques mots et chiffres la manière dont vous allez générer du chiffre d’affaires.

Alors faut-il nécessairement en rédiger ?

Non, le business plan n’est pas indispensable

Si vous êtes organisés et que votre expérience personnelle permet de constater que le futur business que vous allez monter est rentable, n’en faites pas. D’autant plus si vous n’avez pas besoin de financement extérieur.
J’ai connu des amis qui ont monté leur boîte sans business plan, ils ont cartonné.
A-t-on vraiment besoin d’un prévisionnel sur 5 ans alors qu’on est même pas sûr de réussir à faire le chiffre dès l’ouverture :)

Oui, le business plan est indispensable

Si vous avez besoin d’un prêt bancaire ou d’un investissement type crowdfunding, il faudra quand même passer par la case business plan.

Le business plan contient des éléments un peu facultatif, comme le fameux provisionnel sur 5 ans. Honnêtement, mettez dans votre provisionnel les chiffres sur lesquels vous vous êtes penchés : cible, ventes espérées, rentabilité, coûts fixes, etc.

Le business plan permet donc de réunir vos idées et de les cadrer un petit peu.
On peut se servir du prévisionnel également afin de vendre son projet à un investisseur en y ajoutant photos de prototypes, architecture commerciale, logotype, testimonial, etc.

Rien n’est joué pour autant car le final d’un business c’est de fonctionner au quotidien et de plaire au public. Si tout succès commercial était lié à un business plan ce serait tellement simple de réussir son entreprise !

A vous d’y aller maintenant, prenez du temps, réfléchissez, posez vous sur vos chiffres et lancez-vous, c’est l’étape première avant tout le reste.

Des bisous, on manque d’amour dans ce monde.

Photo by Helloquence on Unsplash

Je suis têtu et très méthodique : deux défauts utiles à la création d’entreprise

J’ai créé deux entreprises, l’une en France à Paris et l’autre à Chicago dans l’Etat de l’Illinois aux USA. Cela vaut ce que ça vaut mais mon expérience peut sûrement vous aider.

On commet des erreurs, on voit grand, on imagine les millions qui tombent du ciel. Redescendez, soyez focus sur deux uniques choses : vos clients et votre bonheur.

Je ne suis pas plus bête ou plus intelligent que les autres mais j’ai une force que d’autres n’ont pas : je suis têtu et très méthodique. Très têtu, on me le reproche souvent. C’est pour cela que j’ai réussi à tenir, j’en suis persuadé aujourd’hui ! Il en faut de l’abnégation pour développer deux entreprises pendant presque 10 ans, dont l’une à l’étranger. Faut pas se leurrer, se lancer c’est le plus facile, tenir, c’est tenir qui est le plus dur !

Je vous conseille d’être aussi un peu têtu et méthodique, je pense que ce sont deux ingrédients rares et utiles à la création d’entreprise.

Être têtu

Si vous pensez que la bonne solution est la solution A, mais que votre meilleur ami ou bien votre famille vous affirme que non, c’est avec la solution B que vous iriez plus loin : écoutez-les et imaginez votre projet de façon objective. Mais privilégiez votre propre solution si les deux solutions sont possibles. Vous ferez bien meilleur commercial si vous croyez à votre solution. Vous serez bien plus heureux en vous rendant compte que vous aviez raison.

Tout le monde a son avis sur tout le monde. Tout le monde vous dira comment gérer votre business alors que personne n’a les balls de se lancer. Vous, si. Vous êtes maître à bord. Je préfère personnellement me planter en prenant les décisions que j’assume. Je ne vous dis pas de ne pas écouter les autres, c’est très important d’écouter les retours des amis, familles, mais d’abord et encore : écoutez vos clients et écoutez votre instinct.

Être méthodique

C’est un grand mot. C’est classe. Quand j’utilise ce terme, c’est grosso modo pour vous dire que rien ne s’improvise. Je ne crois pas au gars qui se lance sans tableurs avec des chiffres, sans une petite analyse du marché.

Enfin, j’en connais si, ils ont fermé leurs entreprises.

Lorsque je faisais tourner Maison Parisienne à Chicago, j’avais récupéré les recettes des produits que l’on vendait afin de calculer au gramme près combien chaque produit coûtait. J’avais également pris en compte le kWh pour chaque cuisson et le temps homme passé. Bien sûr que c’est chiant à faire, je n’ai pas vraiment apprécié les longues heures à regarder les tickets de caisse de mes fournisseurs mais honnêtement, est-ce que ce ne sont pas ces heures qui ont comptées le plus dans l’aventure ?

J’ai pu en déduire la vraie marge brute, augmenter mes prix, justifier mon discours auprès des clients, prouver la qualité et enfin optimiser notre offre : bref in-dis-pen-sable !

Soyez méthodique ! Récupérez le plus d’informations sur votre production, votre temps passé, vos coûts cachés, votre marché, le marché voisin, la rue où votre entreprise se situe si vous avez une boutique, votre ville, l’économie de votre pays, analysez, lisez, mangez de l’infos jour et nuit jusqu’à ne plus pouvoir bouger d’indigestion.

Soyez méthodique ! Rangez ces informations dans des sheets utiles pour vos décisions et faites des calculs simples automatiques (il suffit de mettre = égal dans une case excel ou sheet pour faire un calcul automatique, clic clic ici pour en savoir plus sur les opérations possibles dans les tableurs)

Faites et refaites. Faites et refaites. Faites et refaites. Arrêtez-vous de travailler sur un sujet quand vous n’en pouvez plus et revenez-y deux jours après pour le finir définitivement.

Ne soyez pas parfait, il vaut mieux un travail fini mais imparfait qu’un travail jamais fini.

Têtu. Méthodique. Des bisous, on manque d’amour dans ce monde.

Photo by Nick Morrison on Unsplash